Saynoha travaille avec de nombreux artisans Laotiens, en majorité des femmes réparties dans plusieurs régions du Laos. Toutes ces tisserandes sont d’abord initiées au métier de la soie pendant plusieurs mois dans un atelier de formation. À la suite de cet apprentissage, chaque artisane recevra un métier à tisser qui lui permettra d’exercer directement chez elle, dans son village natal, au sein de sa famille.

Après avoir été formée au métier de tisserande, la fileuse exerce lors de son temps libre la confection de produits en soie. En effet, la priorité de la tisseuse demeure le bien-être de ses enfants, l’éducation scolaire de ces derniers ainsi que l’agriculture, notamment la récolte du riz. Chaque artisan qui est en relation avec la marque Saynoha s’engage à inscrire ses enfants à l’école et à les vacciner.

À titre d’information, il faut près de deux mois pour confectionner un foulard en soie naturelle avec les techniques traditionnelles. En effet, la méthode utilisée par les fileuses est de réaliser une longue étole de soie qui sera ensuite découpée afin d’obtenir une dizaine de foulards en soie.

Cependant, la culture du riz étant une ressource fondamentale et indispensable pour les populations du Laos, les fileuses sont dans l’obligation de cesser l’activité de tissage durant la période de récolte. La marque Saynoha à travers les valeurs qu’elle revendique, soutient les traditions et les coutumes en refusant catégoriquement de demander un meilleur rendement aux producteurs ou d’avoir recours à des ateliers qui emploient des enfants !

L’important pour la marque est de faire perdurer l’artisanat traditionnel tout en faisant découvrir le patrimoine culturel du Laos. Mais l’essentiel est de respecter les valeurs du commerce équitable qui sont très chères aux fondateurs de Saynoha.